Accueil Montpellier Arceaux | Tous les blogs de Montpellier | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


15/06/2012

Arceaux - La passion pour la photo dans le viseur d'Anaïs Quemeret

Anaïs Quemeret 1.jpg


Obstinée et motivée, la jeune femme, âgée d'à peine 20 ans, a bataillé pour devenir une professionnelle de l'image.

Elle a 20 ans. Le bel âge, la vie et l'avenir devant elle. Elle a la motivation de la jeunesse, les idées neuves et originales de sa génération et le talent d'un photographe averti. Son sujet de prédilection : le portrait, là où le regard naissant imprègne le cliché d'émotion et de sentiments divers. Anaïs Quemeret s'est initiée à la photo fort jeune mais la débrouillardise et l'envie de voir son projet aboutir l'ont aidée à maintenir le cap dans sa trajectoire.

D'un appareil offert à l'adolescence, les clichés s'enchaînant et les pellicules défilant, Anaïs se prend au jeu. Le déclic se fait à 17 ans. "Tiraillée entre l'appel du changement et la curiosité", elle ne poursuit pas dans la voie scientifique, préférant s'engager dans celle de l'image.

Son bac pro photographie en poche à 18 ans, Anaïs souhaite rapidement s'investir personnellement. Elle entame alors des démarches auprès de la chambre de métiers et crée finalement sa petite entreprise en décembre 2010, à 19 ans à peine, malgré les réticences des professionnels. Le parcours a ses écueils - "Au vu de mon âge, on ne me prenait pas au sérieux" - mais le soutien de ses proches la conforte. Côté budget, la jeune femme a déboursé 340 € (80 € pour l'enregistrement auprès du registre du commerce et 260 € pour le stage à la chambre de métiers).

Elle gère sa micro-entreprise seule : déclarations, RSI... et bénéficie gratuitement d'un suivi de la chambre pendant trois années. Point noir : le crédit bancaire. Faute d'y avoir accès dans le cadre d'une création d'entreprise, ses parents se sont portés garants pour l'obtention du capital nécessaire à l'achat du matériel.

Aujourd'hui, Anaïs parle sereinement du chemin parcouru : "Avant, je travaillais à mon domicile et puis, l'envie d'avoir un studio se fit pressante. Mes recherches ont enfin abouti cette année, lorsque j'ai rencontré le propriétaire du local qui m'a accordé sa confiance." Ouvert le 14 février dernier, le lieu lui offre l'opportunité d'organiser des séances de shooting. La portraitiste sait aussi prendre le large et s'aventure en extérieur, là où son imagination la mène - en numérique pour la couleur et en argentique pour le noir et blanc -, par pur plaisir.

Anaïs ne compte pas se limiter au portrait. "J'aimerais, d'ici quelques temps, développer mes activités comme dans la publicité ou en collaboration avec des entreprises." Et, s'adressant aux jeunes, elle conclut : "N'hésitez pas à vous engager dans un projet, à prendre la voie de la création d'entreprise. Même si j'ai essuyé critiques et refus, je n'ai pas baissé les bras et, si j'ai réussi, c'est non seulement grâce à ma ténacité mais aussi et surtout grâce au soutien de ma famille."

Lien : www.anais-photo-graphique.com


09:00 Publié dans Photographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anaïs quemeret |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.